Saint-Germain-le-Rocheux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Saint-Germain-le-Rocheux
Saint-Germain-le-Rocheux
Église et château d'eau.
Blason de Saint-Germain-le-Rocheux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
André Legendre
2014-2020
Code postal 21510
Code commune 21549
Démographie
Population
municipale
80 hab. (2015 en diminution de 10,11 % par rapport à 2010)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 05″ nord, 4° 40′ 12″ est
Altitude Min. 277 m
Max. 393 m
Superficie 7,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Saint-Germain-le-Rocheux

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Saint-Germain-le-Rocheux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-le-Rocheux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-le-Rocheux

Saint-Germain-le-Rocheux est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Les gentilés sont « Rocagermanois » et « Rocagermanoises ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte INSEE de la commune.

Sur le plateau de la forêt domaniale de Châtillon qui prolonge vers l'ouest le plateau de Langres, la commune de Saint-Germain-le-Rocheux s'étale sur 7,7 km2 entre vallée du Brévon au sud et forêt de Châtillon au nord. L'essentiel du territoire est en rive droite de la rivière, mais il comprend toute la largeur de la vallée avec une part du versant en rive gauche, ces lieux marquent les altitudes les plus basses, le Brévon passe de 286 m au point amont à 277 m en aval au point bas de la commune, pour un peu plus de deux kilomètres de cours. La rivière est encaissée, le terrain remonte rapidement au-dessus de 300 m sur le plateau, le village assez central à son finage est à environ 370 m de moyenne et on trouve le point culminant à la jonction du chemin des Rochottes avec la route forestière, sur la limite de commune nord à proximité de la maison forestière du Trembloi (commune de Villiers-le-Duc) à 393 m. Bien que le sud de la forêt de Châtillon se prolonge sur le nord de la commune, c'est l'agriculture qui occupe la moitié des surfaces, surtout autour du village sur le plateau, et le fond de vallée se pare de belles prairies verdoyantes. Les bois occupent les versants à pentes rapides et les deux pointes que forment les limites de finage au nord.

Deux routes départementales traversent et se rejoignent sur la commune, la D 16 vient de Châtillon-sur-Seine par la forêt au nord et rejoint au sud Beaunotte et Aignay-le-Duc, la D 29 à l'ouest vient de Coulmier-le-Sec (sur la route de Châtillon/S. à Montbard) et suit le Brévon. Le village est à l'écart de ces routes fréquentées.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La population est regroupée dans le village, la commune n'a pas de hameau rattaché.

  • Habitat ou bâti écarté : le moulin de Saint-Germain.
  • Lieux-dits d'intérêt local : chemin de Champ-Coin, chemin des Rochottes, chemin de Bas-de-Vanne, bois : les Charmes, la Sarnée, les Rochottes, Champ-Coin, la Sentinelle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Nod-sur-Seine Villiers-le-Duc Rose des vents
N
O    Saint-Germain-le-Rocheux    E
S
Busseaut Rochefort-sur-Brévon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La forêt de Châtillon couvre des sols calcaires du Jurassique dans lesquels se sont formés des réseaux souterrains, on n'y trouve pratiquement aucune rivière en surface sauf dans le sud-est vers le Val des Choues, les eaux réapparaissent sous forme de sources exsurgentes dans les versants des rivières autour du plateau (Seine[1], Brévon[2], Ource[3], Digeanne[4]), et surtout par la Douix, importante résurgence à Châtillon-sur-Seine qui reprend peut-être aussi, outre les eaux du plateau, une perte de l'Ource [5]. L'absence d'eau sur le plateau obligeait les habitants à recueillir l'eau de pluie dans des citernes : 80 sont dénombrées en 1888. En 1893 l'ingénieur Ernest-Sylvain Bollée installe un bélier hydraulique dans la vallée du Brévon qui remonte l'eau au village 92 m plus haut[6].

Avec un faible pente (env. 0,4 %), le Brévon décrit de nombreux méandres qui irriguent de belles prairies et forme quelques étangs au fond d'une jolie vallée encaissée appréciée des promeneurs, de Rochefort-sur-Brévon au val de la Chouette (commune d'Aisey-sur-Seine), tout près de son confluent avec la Seine au pont de Vaurois. Le premier meunier du moulin de Saint-Germain, sur la rivière, qui était un moulin à farine, est nommé dans l'état-civil en 1712.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Le fanum du Tremblois avec son enclos cultuel et son ensemble de bâtiments à usage commercial atteste d'une occupation à la fin de l'Âge du fer et à la période gallo-romaine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Situé à 3 km du site du Tremblois riche en vestiges gallo-romains, le village s'est implanté à l'écart à l'époque des Mérovingiens d'après les sarcophages et objets trouvés près de l'église actuelle et datés du VIIe siècle. Le plus ancien document nous renseignant sur son passé date de 1145 dans le Cartulaire de Notre-Dame de Châtillon. Dès le XIIe siècle, la seigneurie du village est partagée entre le duc de Bourgogne puis le roi et l'évêque de Langres[7] et ce jusqu'à la Révolution.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Montagne-en-Bellevue[8].

En 1893 par l'installation d'un bélier hydraulique l'eau des sources des Tufs est remontée à 92 mètres dans le réservoir communal qui la distribue dans le lavoir et à 7 bornes-fontaines pour un volume de 60 000 litres par jour. Ce bélier a fonctionné jusqu'en 1955[9].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Germain-le-Rocheux Blason Parti : au premier coupé, au I d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules, au II bandé d'or et d'azur de six pièces à la bordure de gueules, au second d'or aux chef de gueules, à la bande componnée aussi d'or et de sable, à un Saint Germain d'argent tenant dans sa senestre une crosse du même, brochant en pal sur le tout[10].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours André Legendre    
Les données manquantes sont à compléter.

Saint-Germain-le-Rocheux appartient :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2015, la commune comptait 80 habitants[Note 1], en diminution de 10,11 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
324 295 328 293 240 318 312 310 279
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
301 300 296 294 281 279 256 222 197
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
178 163 140 147 150 121 140 153 146
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015
147 149 116 108 102 95 90 80 80
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune compte 3 monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques[15], 14 monuments ou édifices répertoriés à l'Inventaire général du patrimoine culturel[16] et 22 objets répertoriés à l'IGPC[17].

  • L'église Saint-Germain[19]  Inscrit MH (1947) [20] L'église de Saint-Germain-le-Rocheux dans sa partie la plus ancienne, à savoir la nef et les collatéraux, est romane du XIIe siècle Le chœur et sa piscine sont du XIIIe siècle et le clocher avec ses baies et sa corniche sont des XIIIe et XIVe siècles. La grande nef et les bas-côtés sont très étroits et la dernière travée supporte le clocher. Celui-ci a des baies géminées dont les dessus des arcs sont tous différents. Un grand retable et un statuaire intéressant sont à remarquer à l'intérieur ainsi qu'une Vierge à l'Enfant du XVe[7].
  • La Table de pierre (pierre des morts) et le piédestal de la croix du cimetière, du XIIe siècle, ensemble  Inscrit MH (1944) [21], les deux sont dans l'enclos paroissial. La croix en fonte de 1867 est classée IGPC 1989[22].
  • Sept croix se trouvent sur la commune à différentes intersections de chemins. Croix des Filles, croix Parent... la croix aux Moines, inaugurée en 1746 en remplacement d'une croix de Bois, se situe près de la maison forestière du Trembloi. Un calvaire classique date de 1867. Des processions étaient organisées aux rogations pour implorer le ciel afin d'obtenir de bonnes récoltes. Des ex-voto sont à remarquer sur les façades ou les pignons.
  • Mairie-école constituée d'un corps central couvert d'ardoises encadré de deux pavillons couverts en tuiles, les angles sont enjolivés de pierres de taille (IGPC 1989)[23].
  • Lavoir en pierres de taille et moellons de 1893 (IGPC 1989)[24] abrite un petit musée de la vie locale[25].
  • Le fanum lingon du Tremblois, ensemble cultuel complet de la fin de l'Âge du fer et de la période gallo-romaine avec son enclos et un ensemble de bâtiments à usage de boutiques[26]. Situé en forêt de Châtillon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau (----0010) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0050600) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau (-F04-0400) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0410600) »
  5. voir page Douix
  6. Journal "Le Chatillonnais" du 3 septembre 1893.
  7. a et b René Paris 1986, p. 57
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Germain-le-Rocheux », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 3 août 2012)
  9. René Paris 1986, p. 58
  10. Communauté de Communes du Pays Châtillonnais
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. « Liste des monuments historiques de la commune de Saint-Germain-le-Rocheux », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Liste des lieux et monuments de la commune de Saint-Germain-le-Rocheux à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Liste des objets de la commune de Saint-Germain-le-Rocheux à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. Notice no PA21000063, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Église Saint-Germain à Saint-Germain-le-Rocheux - Côte-d'Or en Bourgogne | Côte-d'Or Tourisme », sur www.cotedor-tourisme.com (consulté le 23 février 2016)
  20. « Église », notice no PA00112625, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Table de pierre et socle de croix », notice no PA00112626, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Notice no IA00054254, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Notice no IA00054252, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Notice no IA00054253, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. le lavoir de Saint-Germain sur le site Petit-Patrimoine
  26. « Sanctuaire du Tremblois »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :